Archives de Catégorie: Voyages

stasera sono a Cesena, Italia

Teatro_bonci

Il teatro Bonci

Publicités

La cote est assez rocailleuse

Aujourd’hui je suis allé à Pozzuoli. C’est une petite ville à 30 min en train de Naples. On y  trouve tout plein de ruine romaine. La ville est très pauvre mais un peu comme toutes les villes dans la région j’ai l’impression. La cote, elle, est très rocailleuse et il faut se battre pour trouver des coins avec du sable. Visiblement ça ne dérange pas les habitants de la région qui on, eux je vous le consède, surement d’autre problème.

Par contre, il est vrai qu’il y a vraiement beaucoup de chose à voir et je pense que ce séjour sera  un peu court pour le faire. Il me reste donc au moins, Capri l’ile mythique, Pompei, le Vésuve, Sorrento dans les grandes lignes, en fait tout l’est de Naples.

Une victoire encourageante et un moment unique!

Qu’il est bon parfois de se laisser bercer par ses instincts. Je m’étais dit que ça serait une bonne idée d’aller voir la finale sur un écran géant à Naples. A Naples, il y a la "Piazza dei Plebiscito", une place énorme que l’on peut facilement comparé à 4x la place de la Riponne pour les Lausannois, et c’est depuis là que j’ai pu assisté à la défaite de l’équipe de France (d’où le titre du post). J’étais pour l’heure un férvant "tiffosi", un supporter dei "Azzuri" bien que mon coeur soit complétement acquis à la cause hélvétique dans d’autre circonstance.

Mais le plus fort, c’est que je ne suis pas allé seul, bien au contraire, j’en ai profité pour inviter la fameuse (ou du moins devenue fameuse grace à ce blog) italienne du Sud, pour vérifier si les Italiennes aimaient bien le football. La réponse est oui et vous vous en seriez douté, j’ai d’ailleurs des vidéos de la séance des penalties pour appuyer mes dires.

Après plusieurs heures de souffrance, la délivrance   

Je dois dire qu’il est plaisant de vivre de pareil moment une fois dans sa vie. C’est meme dans ces moments que l’on peut voir que l’etre humain est une créateur intéressante à bien des égards. La liesse qui suivit le dernier penalty de la "Squadra Azzura" fut d’une intense force et je sentis, je vous le confirme, toute la joie que les Italien(ne)s portent à ce sport que j’affectionne également mais dans une toute autre mesure je dois bien l’avouer. Et quand je disais plus haut "créature intéressante" je pensais qu’il est vraiement capable du meilleur comme du pire, et ça, non pas par son origine, son statut social, sa culture, son sexe ou toute autre caractérisitque qui peuvent parfois l’enfermer dans des carcans, mais bien par sa faculté à rendre des moments, des événements, aussi anodins soient-ils, d’une incroyable saveur en s’élevant au dessus, justement, de toutes les caractéristiques sitées précédemment.

Pendant un instant, je me suis vraiement senti Italien et faisant partie de cette communauté bien que, en plusieurs points, je diverge énormement.

Alors pour terminer ce post, j’espère que d’autre comme moi pourront, eux, en 2008 etre en Suisse et en Autriche et voir depuis un grand écran d’une place suisse, la Suisse Championne d’Europe.

Les petits trucs pour découvrir une ville rapidement

Voici ici quelques petites techniques "à la Julien" pour découvrir une ville quand on est jamais allé et qu’on a pas de carte, pas de routard et qu’on y va à la fresh!!

1) prendre un bus sans etre sur que c’est le bon

En effet c’est plus marrant, en plus ça te permet de découvrir un endroit, en l’occurence celui auquel tu descends, que tu aurais sans doute pas visité. Après, il faut retrouver où tu te trouves sur la carte que tu as imprimé le matin meme.

Conseil : si vous avez plus de poids en bagage que votre propre poids, ne le faites pas , c’est moins drole.

2) Allez courrir sans savoir où tu vas pour te retrouver

C’est ce que j’ai fait ce matin, avant d’aller déjeuner. Je suis parti mon Ipod au bras et les lunettes à soleil sur le nez. Cela donne quelques choses comme ça : Toutes les places de la ville historique de Naples, le port, les galleries marchandes, l’hopital, le métro, ensuite 1h30, 153 pulsations/minute de moyenne, une pointe à 184 et 1335 kcal grillées.

Résultat : une bonne vision de la ville en représentation mentale.

3) Allez prendre de la documentation à l’information

Après l’avoir remarqué en courant, il suffit d’y aller et de demander où sont les meilleurs endroits à voir.

L’Italienne du Sud est directe

Comme par magie, après avoir reçu un commentaire de Maxime, sur le "fameux" livre que je vais bien finir par écrire si Dieu ou le Logos ou qui vous voulez n’arrete pas de me faire des signes aussi énormes. Enfin là, je m’égare, je vais plutot m’expliquer.

Après m’etre endormi de fatigue dans ma chambre entre 19h00 et 21h46 (le 46 prendra tout son sens), je me dis qu’il serait important de partir en quete d’une pizzeria pour gouter à la spécialité locale. Je demande donc au mec de l’entrée de mon "alberga" où je peux trouver une satanée pizza et il me répond : "Si vous ne voulez pas trop marcher, il y a celle qui est juste à gauche de l’auberge, mais je vous la déconseille, elle est médiocre." Je lui répond mais alors où puis-je ? Et c’est qu’il réplique avec sa fameuse phrase de l’Italien qui veut absolument t’aider : "On est à Naples, la patrie de la pizza alors déambuler dans les rues et vous en trouverez une". Sur ces conseils avisés (avinés, c’est à choix). Je pars sur les couts de 21h59. Je pars sur la gauche (j’étais jamais allé) et j’entends de la musique et voit une place avec 3 ou 4 restaurants alignés. Et bien croyez-moi ou pas mais il n’y avait pas de pizzeria!!! Un décrochement et 2-3 ruelles plus tard, je me retrouve devant une "osteria" où on mange des huitres et des moules quoi!! Je rentre et je demande où je peux trouver une pizzeria, le patron me montre 2 rues plus bas un écritaux annonçant le précieux sésame.

(appartée – à l’heure où j’écris ces lignes Federer gagne 6-2 4-0 contre Bjorkman en demi-final de Wimbeldon – c’est beau Internet quand meme)

Je me pose sur la terrasse (il fait toujours une des ces cuites au mois 29° à 22h22) Je commande ma margerita et un coca et commence à bouquinner "Apprendre à vivre" de Luc Ferry, un livre que je vous recommande d’ailleurs pour approcher la philosophie de manière agréable et facile. A coté de moi, voici 2 Italiens du sud (on les reconnais à leur façon de bomber le torse sans raison) et 2 Italiennes (d’un bronzées, je vous raconte pas), un dernier mec qui se trouve de dos et dont je n’ai pas vu le visage. J’écoute quelque bribe de conversation qui passe entre mes pauses.

(appartée – tiens voilà que ça fait 6-2 6-0. Oups!! c’est sévère)

Je regarde la fille qui vient de claquer, un des 2 mecs qui avait, entre nous soit dit, fait une blague assez grasse meme pour un mec. Après, 2-3 regards, elle me sourit. Commence alors des techniques dont les filles du sud en ont le secret, la peche au touriste américain (vous comprendrez pourquoi américain et j’avise tout de suite, rien à voir avec le texas pour les plus incidieux de vous tous!!) Cette technique consiste à parler pour beurre avec le mec le plus proche de la proie (en l’occurence : moi) et de faire la liste de tous les mots en langue étrangère qu’elles connaissent pour voir sur lesquels la proie réagit. Manque de bol, je comprennais ce qu’elles disaient et en plus les quelques mots d’anglais ou encore de français qu’elles disaient. Ce fut assez marrant. Une d’elle en profite pour me demander si j’étais américain (nous y voilà) et je réponds ce que vous connaissez tous (Non-suisse-mais parle anglais-mais suit aller toutes les années en Italie-mais comprend Italien- et allemand). La deuxième en profite pour quitter la discussion entre les 2 mecs pour s’approcher de ma table. Elle me sort un "vous etes très beau" dans la langue de Molière. On se présente et voilà que je leur demande où peut-on faire la "night". Emmenuella (puisqu’il est temps de la nommer) me répond dans un français approximatif : "tu veux sortir avec moi", je réponds : oui. Elle se marre et me donne son numéro de téléphone. On va surment se voir demain. Bon pour les détails, il sont partis vers les 22h29, donc vous voyiez comme la vie ça tient à rien (bon en meme temps quand ça t’es favorable, tu cries rarement au scandale 😉 )

Pour rester dans les détails, elle travaille dans un salon de manucure (oui je sais c’est une fixation).

Je m’arrete là pour en laisser pour mon livre. A si, une dernière avant d’arriver dans cette pizzeria, je suis passé, je vous le donne en mille, par une rue appelée "via Casanova".

(pour ceux qui ne suivent que le score 6-2 6-0 5-1)

(après une relecture, voilà il est en final le bougre 6-2 6-0 6-2)

%d blogueurs aiment cette page :